top of page

On "Cheers" à quoi au juste ?

Dernière mise à jour : 31 août 2022

Aujourd'hui je te partage un texte sur l'alcool. Trop de fois, ça a pris trop de place dans ma vie. Je te partage ce texte non pas dans le but de te culpabiliser si tu bois (je prends encore un verre à l'occasion) , mais plutôt pour ouvrir la discussion sur cette norme qui s'est installée de "boire de l'alcool" pour célébrer, pour s'échapper, pour se déconnecter... Ayant souffert d'anxiété pendant plusieurs années, je suis aujourd'hui heureuse de constater que cette dernière s'estompe au fil de mes changements d'habitudes de vie ... Bonne lecture !





* *


Je fais possiblement l’un des métiers où le taux d’alcoolisme est le plus élevé. Déjà au D.E.P. en cuisine, les enseignants mettaient en garde « de l’alcool tu en côtoieras, ce sera à toi de te gérer ». Des shots avant midi, un verre de vin sur l’heure du dîner, d’autres shots en pm. De quoi rendre un foie heureux.

Mon foie lui, y’était pas content pantoute.


Alcool, male bouffe bien grasse et médicaments à la tonne, voici le cocktail molotov que je lui offrais semaine après semaine depuis des années. Le pauvre, tu diras. Ouin. Je sais. Heureusement, un jour, j’ai pris conscience de ces habitudes néfastes (on remercie encore une fois Dr Royer qui m’a sagement dirigée vers un spécialiste du foie). Ma médecin et le spécialiste en sont venus plus ou moins à la même conclusion : Stéatose hépatique (mieux connu sous le nom de foie gras, ben oui, je suis fancy jusqu’à mes organes). En gros, ça amène un énorme risque de cancer de cet organe en plus de vouloir dire que mon foie « filtre » hyper mal ce que j’ingère (donc dans le pire des cas, si j’ingère de l’alcool et des médicaments la même journée, je mélange tellement mon foie, qu’il pourrait juste cesser de fonctionner… ) Dans le fond, Dr Royer m’a tellement bien raconté l’histoire d’une jeune avocate qui avait pris des Tylenol et du champagne qu’elle en a perdu la vie… Que ça m’a ébranlée et que j’ai doucement débuté la diminution de ma consommation d’alcool.

J’étais une adepte des vins et fromages, sauf que je ne mange pas

de fromage. Tu vois le genre?




Les accords mets et vin teintaient mon quotidien. Je suis une foodie. Une gourmande. Amènes-en du vino…

Parmi toutes les choses que je souhaitais améliorer dans mon MODE DE VIE, celle qui pour moi se présentait comme étant la plus difficile, c’était l’alcool.



« C’est du liquide. Voyons donc que c’est si néfaste. C’est MA source de plaisir. Voyons donc que tu vas m’enlever ça. » Pensais-je à ce moment-là.

Photo de moi quelque part en 2020 qui "célébrait" une bonne nouvelle


Erreur numéro de mon cerveau :

Identifier l’alcool comme une source de plaisir.


Mon cerveau emmagasinait seulement les bons moments créés par l’alcool et écartait les autres. Les fous rires, les moments où je dansais, les moments où je me sentais totalement moi et en contrôle… Il écartait : les blackouts, les paroles que j’ai dites et que j’oubliais qui ont contribué à ternir des relations amicales, l’attitude provocatrice qui s’emparait de moi, les vomissements, les maux de tête, l’argent gaspillé… et j’en passe. Quand je me suis arrêtée pour me remémorer « mes parts d’ombre », soudainement mon «pourquoi» je souhaitais diminuer était plus positif et moins contraignant. Je suis passée d’un « faut j’arrête de boire parce que les médecins me le disent » à « de quoi peut avoir l’air ma vie si je suis plus présente et moins sous l’effet de l’alcool ». C’est là que j’ai réalisé que j’étais bien en présence de certaines personnes seulement si je buvais.


Que le gap de valeurs s’effaçait quand je prenais un verre de Pinot. Mais qu’avec un San Pellegrino, ça me sautait aux yeux comment « je n’étais pas à ma place ».


Ç’a été graduel. J’ai commencé par alterner un verre d’alcool et l’un sans durant les soirées. Puis, j’ai choisi de boire seulement 2 consommations par soirée. Puis, j’ai fini par boire une seule consommation et même parfois pas du tout, encore aujourd’hui. Lorsque j’ai fait le défi du mois sans alcool avec mon chum en février 2021, on a « toughé » 26 jours. Flancher à 2 jours d’avis. « Ah pis fuck off, on l’a assez fait »…



Ce que ces 26 jours m’ont appris:

C’est que ce n’est pas « en se privant » que l’on apprend.

C’est en apprenant à choisir.



Choisir quand j’en ai envie et pourquoi.


Suis-je en train de boire un verre de vin parce que j’en ai réellement envie et parce que c’est si délectable un verre de rouge avec une pièce de viande grillée médium saignant ou parce que :

  • J’ai peur d’être différente

  • C’est une habitude de commander un verre au resto et j’aurais peur que la serveuse me trouve cheap si je ne commande rien

  • Je ne me sens pas à ma place et je souhaite être acceptée par le groupe

  • C’est une habitude du vendredi parce qu’il est 5 heures et mon cerveau a associé fin de semaine et alcool

  • Mon cerveau s’est habitué à consommer dans tel genre de situation ou dans tel endroit


Aujourd'hui j'aime me tourner vers des options sans alcool comme le succulent mousseux de St-Régis | Photo prise par KB photographe Life Style




QUESTIONNER. CONNECTER. DEMANDER. PAS PRIVER.

Je ne me prive pas d’alcool. Je me questionne. Je m’écoute. Oui, il m’arrive parfois, par pilote automatique, de commander un verre de vin. Heureusement à ce jour, ce pilote ne commande pas un deuxième, il prend conscience lorsqu’il boit le premier et en laisse la moitié sur la table. Oui ça m’arrive de commander une bière au resto et d’en avoir envie. L’alcool et les liquides que j’ingère ont un impact dans ma vie. Ce n’est pas que du liquide, c’est un fluide qui coule dans mon corps et qui crée ou non de l’énergie.

Cette sphère de vie sera abordée lors des master class du programme N.O.U.-RIRE ta vie.



Parce que je pense qu’on sous-estime l’impact de ce que l’on ingère sous forme de liquide ainsi que le pourquoi on choisit de consommer de l’alcool. Si ces mots ont résonné, que tu t’es reconnue dans mon vécu, quelque chose me dit que tu apprécieras grandement les 13 semaines de connexions que j’ai préparées. Je t’invite à visiter cette page pour en apprendre plus. N’hésite pas à m’écrire si tu as des questions ! Avec bienveillance, Justine -xxx-




Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page